Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Nice-Cuneo-Ventimiglia

COMPTE RENDU du RASSEMBLEMENT du 20 SEPTEMBRE à NICE

Notre Comité avait initialement programmé, depuis plus d’un mois, ce rassemblement du samedi 20 septembre (intentionnellement dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, pour cette ligne qui relève AUSSI du patrimoine) à NICE, pour protester contre la non-réponse du Préfet à notre demande d’entretien par courrier en date du 17 avril 2014, courrier co-signé par les associations des commerçants de la vallée de la Roya (Tende-La Brigue, Saorge, Breil). Nous souhaitions le lui remettre en mains propres, avec une pétition signée par l’ensemble des commerçants et acteurs économiques de la vallée de la Roya. Nous voulions lui faire part des difficultés inextricables rencontrées par les usagers de la ligne et les habitants des vallées, et leurs colère et désarroi grandissants.
Or, entretemps, le 29 août, le gouvernement italien annonce le financement des premiers travaux indispensables sur la ligne, soit 29 millions d’€, sous condition que les travaux soient engagés avant le 31 juin 2015. Dans le Nice matin du 4 septembre, le député-maire de Menton, Jean-Claude Guibal, engage le secrétaire d’Etat aux Transport Alain Vidalies, « à mettre la pression sur RFF ». Le 11 septembre, Jean-Yves Petit, Conseiller régional Transports, pousse « un coup de gueule » explicite, ferme et éloquent, dans un courrier au même ministre. Le 12, Nice matin titre « Ligne Nice-Cuneo : pas avant 2017 », RFF déclarant ne pas pouvoir démarrer les travaux avant faute de ressources humaines, et d’études préalables !!
Suite à ces rebondissements, et ayant appris que des élus du département se mobiliseraient plus largement avec une possible demande d’entrevue avec le secrétaire d’Etat aux Transports, nous décidons de donner une autre tournure à notre manifestation.
En effet, devant 300 personnes environ, des élus parmi les présents ont signé la charte de soutien à la ligne, par laquelle ils s’engagent à demander un entretien en délégation à M. Vidalies, secrétaire d’Etat, afin de débloquer la situation :
M. Louis Nègre, Sénateur-maire et président du GART (Groupement des Autorités Responsables de Transport) ; Mme Annabelle Jaeger, représentant M. Jean-Yves Petit, Conseiller régional Délégué Transports ; M. Patrick Allemand, conseiller régional représentant M. Michel Vauzelle, Président du Conseil régional, M. Gérard Piel, Conseiller régional.
Les conseillers généraux MM. Francis Tujague, Noël Albin, Marc Concas, Olivier Bettati, et Mme Lanteri-Motin, représentant M. Balarello, conseiller général du canton Haute-Roya.
De plus, des maires ont signé une déclaration soutenant cette initiative :
Mme Isabelle Osche représentant la maire de Sospel, M. Pierre Donadez, maire de l’Escarène ; M. Gilbert Cottalorda, représentant le maire de Breil ;  M. Jean-Pierre Piolat, représentant la maire de Saorge, Mme Denise Leiboff, maire de Lieuche ; M. Jean-Pierre Vassallo, maire de Tende, et Mme Bernadette Forestier, Adjointe.
Ainsi que ​des conseillères municipales : Mmes Emmanuelle Gaziello, Drap, Cécile Dumas, Antibes, Juliette Chesnel, Nice, Elise Ferrari, Tende ; M. Jean-Philippe Gispalou, conseiller municipal de La Turbie.
Etaient présents M. J.-P. David, Président des maires ruraux, M. C. Céragioli, conseiller municipal de Contes,  Mme Lucie Moulin, conseillère municipale de Tende, M. Gioanni, conseiller municipal de Saorge, … M. Gilbert Mary, conseiller général du canton de Breil, excusé.
Nous regrettons vivement l’absence de représentant du député-maire de la circonscription de la Roya, M. Jean-Claude Guibal, et de la CARF, ainsi que des mairies des communes sur la ligne : Nice-Métropole, La Trinité, Drap-Cantaron, Peille, Peillon, Fontan, et La Brigue.
Nous prions de nous excuser celles et ceux que nous n’aurions pas cités, et/ou qui auraient omis de se présenter.
Par ailleurs, M. Cottalorda a rappelé que tous les maires des communes françaises et italiennes concernées sont invités à Breil mercredi 24 septembre pour faire le point sur la situation avec M. Jean-Yves Petit, et organiser une entrevue avec le Préfet.
En fin de manifestation, nos amis du Comitato nous ont rappelé que les appels d’offre pour les travaux devraient être clos avant le 31 décembre 2014.
Il y a donc URGENCE à ce que chacun prenne ses responsabilités pour débloquer cette situation absurde et scandaleuse à de nombreux titres : socio-économique, écologique (à l’heure des marches et des rassemblements et sommets sur le thème du changement climatique), européenne (3 eurorégions pour une ligne transfrontalière), aménagement et égalité des territoires, démocratie…
Nous remercions de leur présence, et/ou du soutien et relais qu’ils nous ont apporté :
le Comitato ferrovie di Cuneo, Associazione Giuseppe Biancheri, Partito Democratico de Vintimille, Mlle Pastore représentant le maire de Vintimille, le syndicat italien CGIL, les Amis du rail azuréens, le syndicat Cheminots CGT 06, Roya Expansion Nature, l’association des commerçants de Tende, le Syndicat des hôteliers de Menton/Riviera française/Haut Pays, EELV 06, M. Robert Injey pour le PCF 06, le Front de gauche 06 et Roya-Bévéra, la Ligue des Droits de l'Homme 06, la Fédération des associations du Comté de Nice , Racines du Pays niçois ,  Nissart per toujou , Lou Cavalie Nissart et autres affiliées, ainsi que le Partit occitan), le Foyer rural de Tende-La Brigue, Convergence Rail …

 

                                                Comité franco-italien pour la défense et le développement de la ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia

COMMUNICATO COMITATO MANIFESTAZIONE 20 SETTEMBRE NIZZA MASSENA

Ieri pomeriggio a Nizza nella centralissima place Massena si sono dati appuntamento sostenitori e simpatizzanti della ferrovia Cuneo-Nizza.
Rappresentanti di associazioni, Comitati, Sindaci e rappresentanti di gruppi politici hanno testimoniato che anche Nizza è impegnata nella battaglia per il salvataggio della linea.

Numerosi passanti si sono fermati ad ascoltare gli interventi oppure al banchetto per richiedere informazioni e firmare le petizioni.
La manifestazione si è conclusa con un momento di silenzio e tutti gli attivisti coricati a terra a ricordare il rischio di chiusura della linea.
Ma è solo un attimo, gli attivisti si rialzano e la Cuneo-Nizza, da molti chiamata "Train de vie", riprende a muoversi !
Comitato difesa ferrovie Cuneo

Communiqué des Indignés du Rail Nice-Breil s/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia-Nice:

 Préambule:


Depuis plusieurs années, nous assistons à la lente dégradation de la ligne transfrontalière Nice-Breil s/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia. Alors qu'elle était inaugurée en 1928 avec une liaison sur Berne et électrifiée en 1934, le 14 décembre 2013, la région Piemont, gestionnaire de la ligne Italienne, réduisait le nombre de courses de 16 à 4. Le 15, RFF limitait la vitesse sur le tronçon commun aux deux pays à 40KM/H. Au 15 juin 2014, rien n'a été fait, la situation est dans un total enlisement, et les populations désespérées.

 

                 Nous accusons les gouvernements Français et Italiens,par l'intermédiaire des sociétés SNCF,RFF,Trenitalia et RFI,de mise en danger de la vie d'autrui,en l'espèce, de la vie des populations des Alpes-Maritimes (Vallée de la Roya,Bévéra,Paillons,Riviera Française,Monaco,métropole Niçoise), du Piémont (Cuneo), et de la Ligurie (Riviera dei Fiori et ventimiglia), en sabotant et en condamnant à mort la ligne ferroviaire Nice-Breil s/ Roya-Cuneo-Ventimiglia.

 

                 Nous les accusons de mise en danger de la vie d'autrui par empoisonnement lent de l'air que nous respirons, par l'abandon programmé du ferroviaire au profit du seul routier.

 

                 Nous les accusons d'abandonner les populations de nos vallées sud-alpines, Paillons, Bévéra, Roya, Vermenagna, qui relient ces régions, à une mort socio-économique par asphyxie.

 

                 Nous les accusons de mensonges, de tromperie, en pratiquant un double discours qui prône une "transition écologique" jamais concrétisée, en particulier:

  • un financement fantôme de 29 millions d'euros pour les travaux de réfection de la ligne promis publiquement par le gouvernement Italien.
  •  une résolution prise officiellement par les deux gouvernements de réviser la convention obsolète qui gère la ligne remisée aux oubliettes, etc........

 

                 Nous les accusons aussi de déni de démocratie:

Combien de signatures de pétitions pour la sauvegarde de cette ligne, près de 23 000 dans le Piemont, 8000 puis 2000 en France, combien de manifestations et d'actions de protestations, combien de lettres d'associations d'usagers, d'interpellations de parlementaires enregistrées par les ministres et secrétaire d'Etat aux transports, restées sans réponse par des gouvernements sourds et autistes?!

 

                 Il n'est pas question que nous assistions à cette mort programmée, nous n'attendrons pas deux ans pour que les premiers travaux de sécurisation soient entrepris, comme le prétend Mr Rapoport, directeur de RFF (entretien à nice matin du 11/04/14).

La mort passive des territoires où nous vivons est au bout du silence et de l'immobilisme auxquels nous condamnent ces décisions politiques qui ne s'assument pas.

 

                 Nous, citoyennes et citoyens, exigeons:

  • un accord conjoint des deux Etats pour la réfection immédiate de la portion Breil s/ Roya-Tende,
  • le maintien de sa brigade d'entretien,
  • la levée de la limitation de vitesse à 40 KM/H,

un programme précis de développement transfrontalier de l'ensemble de cette ligne qui permette de désengorger le trafic routier.

 

                       Les Indignés du Rail Nice-Breil s/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia-Nice.

Comunicato: Gli Indignati della Ferrovia Nice-Breil s/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia-Nice.

Preambulo:

 

                Da parecchi anni, osserviamo la lenta degradazione della linea internazionale Nice- Breil s/ Roya-Tende -Cuneo-Ventiglia-Nice.

 

                Sebbene sia stata inaugurata in 1928 con un collegamento su Berna ed sia stata elettrificta nel 1934, il 14 dicembre 2013, la Regione Piemonte, gestore della linea italiana, riduceva il numero delle corse da 16 a 4. Il 15, RFF limitava la velcità sul percorso comune ai due paesi a 40 KM/H. A questo punto, il 15 giugno 2014, nessun movimento, la situazione è completamente bloccata, e le popolazioni disperate.

 

                Accusiamo i governi Francesi ed Italiani, tramite la società SNCF, RFF, Trenitalia e RFI, di mettere in pericolo la vita altrui,

più precisamente, la vità delle popolazioni delle Alpi-Marittime (Valle Roya, Bévéra, Paillons, Riviera Francese, monaco, metropoli di Nizza), del Piemonte (Cuneo) e della Liguria, (Riviera dei Fioro e Ventimiglia), sabotando e condannando a morte la linea ferrovoa Nice-Breil s/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia.

 

                Li accusiamo di mettere in pericolo la vita altrio avvelenando lentamente l'aria che respiriamo, con l'abbandono programmato del ferroviario al profitto del solo stradale.

                Li accusiamo di abbandonare le popolazioni delle nostre valli sud-Alpine, Paillons, Bévéra, Roya, Vermanagna, che collegano queste regioni, ad una morte socioeconomica per asfissia.

                Li accusiamo di mentire, di ingannare, adottando un doppio discorso che esalta una "transizione ecologica" mai concretizzata, in particolare:

  • un finanziamento fantasma di 29 milioni per i lavori di rifacimento della linea promessi pubblicamente dal governo Italiano,
  • una risoluzione presa ufficialmente dai i due governi di cambiare la convenzione obsoleta che gestisce la linea etc.........

 

                Li accusiamo anche di diniego di democrazia:

Quante firme sulla petizion per salvaguardia di questa linea, quasi 23 000 nel piemonte, 8 000 poi 2 000 in Francia, quante manifestazioni e azioni di protesta, quante lettere di associazioni di utenti, di interpellanze di parlamentari registrate dai ministri e segretario di stato ai trasporti,restati senza risposta per via di governi sordi ed autisti?!

 

               Non è possibile di assistere a questa morte programmata, non aspetteremo due anni affinché i primi lavori di sicurezza siano cominciati, come le pretende Mr Rapoport, direttore di RFF (nice matin 11/04/2014).

 

               La morte dei territori in cui viviamo e la conseguenza del silenzio e dell'immobolosmo ai qualo ci condanna una serie di decisioni politiche che non assumono.

 

               Noi, cittadine e cittadini, esigiamo:

  • un accordo tra i due Stati per la manutenzione immediata del tratto Breil s/ Roya-Tenda,
  • il mantenimento della sua squadra di manutenzione,
  • la fine della limitazione di velocità a 40 KM/H

un programma preciso di sviluppo per l'insieme di questa linea che permetta di ridurre il traffico stradale.

 

                                    Gli indignati della ferrovia Nice-Breil S/ Roya-Tende-Cuneo-Ventimiglia-Nice.